Nathalie l’autoroute Ă  queues de Rennes


Une bretonne pur jus mais surtout une Ă©norme salope dont le divorce a fait perdre les pĂ©dales. Nathalie, 48 ans, maman au foyer, avec une pension alimentaire confortable, s’est sĂ©parĂ©e de son mari y a 3 ans. Nathalie est ainsi devenue une autoroute Ă  queues, un pĂ©age Ă  bites, bref, un hangar Ă  sexes du cĂŽtĂ© de Rennes. Elle a un peu perdu pied puisque son ex Ă©tait un entrepreneur prospĂšre. Le 4×4 BMW, des voyages somptueux, une vie de rĂȘve, la bourgeoise rennaise ne manquait de rien. Mais quand il lui a appris qu’il la quittait pour une autre, notre mature blonde est tombĂ©e des nues. Une dĂ©pression de 1 an. C’est le sexe, la dĂ©couverte du libertinage et des sites de plan cul qui a sauvĂ© cette mĂšre de famille au bout du rouleau. Devenir une femme  hyper-sexuelle, poussant le vice jusqu’au bout constitue sa thĂ©rapie. De gangbang en plan cul sans consĂ©quences, la bourgeoise dĂ©sabusĂ©e tente de ne pas  sombrer.

Des rencontres sans attache pour soigner son mal

C’est la solitude qui la rend la plus malheureuse. Certes, elle a ses enfants mais Nathalie a toujours eu une nature amoureuse. Jamais depuis ses 16 ans elle n’a Ă©tĂ© seule sentimentalement. Le divorce est un prĂ©cipice qui l’a poussĂ©e Ă  des rencontres sans attache, des flirts d’un soir. En swipant sur Tinder, en se faisant liker sur Badoo, AdultFriendFinder, cette blonde Ă  gros cul a vendu sa chair. Elle peut aussi bien se faire piner par le quadragĂ©naire seul, le commercial de passage en Bretagne. Le train du sexe ne s’arrĂȘte jamais et Nathalie se montre toujours prĂȘte Ă  offrir son gros cul pulpeux. Cette montĂ©e en puissance dans le vice et la luxure l’a ainsi menĂ©e Ă  des extrĂ©mitĂ©s morales. En effet, c’est quand elle s’est faite prendre en gangbang que notre autoroute Ă  queues a touchĂ© le paroxysme du vice. 5 mecs en rut se sont lĂąchĂ©s comme des chiens et ont souillĂ© sa vertu. Dans sa tenue en latex, Nathalie a jouĂ© la pute de service. Anus et chatte livrĂ©es en pĂąture. Mais le soir en rentrant, la cuve pleine de sperme, elle retombe lentement dans son anxiĂ©tĂ© de la solitude.

Depuis le dĂ©but de cette vie de perdition et de dĂ©cadence, Nathalie s’essaye Ă  tout. Notre maman sexuelle goĂ»te Ă  l’hyper-fĂ©minisation, toujours au bord du mauvais goĂ»t. Entre les cuissardes en cuir noir, les combinaisons en latex et les gloryholes, notre autoroute Ă  queues tourbillonne dans des mĂ©andres. Mais cet Ă©pisode post-dĂ©pressionnaire lui a permis d’accepter ses charmes et les reconnaitre comme des atouts indĂ©niables. En effet, ses amants blacks adorent son gros cul. Quant aux bretons, ils aiment cette facilitĂ©, cette docilitĂ© d’esclave sexuelle.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *